Dossier de Presse

 

 

SYNOPSIS

ADIEU, MON SOLDAT INDIEN

Un film de Vijay Singh

Adieu, mon soldat indien est un documentaire, un portrait émouvant des soldats indiens qui sont venus combattre en France et en Belgique lors de la Première Guerre Mondiale. La présence de ces 150.000 combattants indiens venus en Europe est un fait historique très largement méconnu de l’histoire de France.

Dans ce film, Vijay Singh, romancier-cinéaste indien, raconte l’histoire de ces soldats avec un regard empreint d’affection et d’humanisme.

Pendant leur permission en France, des soldats indiens se sont pris d’affection pour des femmes françaises. Ce fut réciproque et des enfants sont venus au monde. Les circonstances de ces naissances étant considérées comme taboues, les enfants furent souvent ostracisés. Ce film s’inspire de l’histoire de l’un de ces enfants. Dans ce film, une jeune fille (Paloma Coquant), descendante d’un soldat inconnu et de la française qui l’avait accueilli en France, voyage à travers la France, la Belgique, l’Angleterre et l’Inde, et, chemin faisant, déroule tout le spectre de la fascinante histoire des soldats indiens impliqués dans la Première Guerre Mondiale.

En se fondant sur des archives précieuses, des chants de guerre indiens séculaires, et une collection de 600 lettres envoyées au pays par des soldats indiens décrivant leur expérience en France, ce film raconte l’histoire de ces hommes, qui furent 10.000 à ne jamais rentrer chez eux.

Adieu, mon soldat indien est sans doute aussi une des premières tentatives de capter en images l’expérience des soldats d’une ex-colonie, d’un point de vue non- Européen.

Ce film est une histoire inédite.

_______________

BIOGRAPHIE DU REALISATEUR Vijay Singh

(www.vijaysingh.net)

Né en Inde, Vijay Singh est un romancier-cinéaste indien établi à Paris.

Après avoir étudié l’Histoire à New Delhi, il poursuit ses études en France et entreprend un doctorat à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Parallèlement, il se consacre à sa passion première, l’écriture. Ecrivain anglophone, il publie plusieurs ouvrages, parmi lesquels  Jaya Ganga, le Gange et son double, La Nuit Poignardée, Tourbillon d’ombres et La Déesse qui devint fleuve (Gallimard Jeunesse 1993). Ses livres, qui ont été salués par la critique Française et internationale, sont traduits en français et en d’autres langues européennes.

Vijay Singh est par ailleurs et depuis de nombreuses années un collaborateur régulier du Monde Diplomatique, du Monde, et de Libération notamment.

Après avoir écrit et mis en scène une pièce de théâtre, En Attendant Beckett par Godot (1976), il a réalisé un film documentaire intitulé lHomme et l’Eléphant (Chami et Ana) (26′) en 1989 qui a été d’abord diffusé sur Canal +, puis sur plus de 100 télévisions à travers le monde.

En 1996, il a réalisé Jaya, Fille du Gange (Jaya Ganga) son premier long-métrage, qui a été sélectionné en compétition officielle au Festival des films du monde à Montréal. Depuis, ce film a été projeté dans plus de 40 festivals internationaux, souvent en catégorie « compétition ».

Jaya, Fille du Gange est sorti dans les salles en France en 1998 où il est resté 49 semaines à l’affiche. Plus tard, le film a rencontré le même succès en Angleterre.

One Dollar Curry, son deuxième long métrage, très bien accueilli par la presse et le public également, est sorti en France, en Inde et en Angleterre.

India by Song, un film documentaire réalisé en 2010, a gagné le prix du public à River to River Florence Indian Film Festival.

Il vient de terminer un nouveau film Mademoiselle France pleure.

Vijay Singh travaille actuellement sur son prochain film tiré de son roman Tourbillon d’Ombres.

Il a fait les présentations de son œuvre dans le monde entier, dont les universités de Harvard, Princeton, Oxford et Cambridge.

Vijay Singh est lauréat du Prix Villa Médicis hors les Murs. Il a reçu en 2002 « La Titine », le grand prix en Suisse du meilleur film animalier, pour son documentaire L’Homme et l’Éléphant.

_______________

INTERLOCUTEURS DU FILM

Paloma Coquant, Dans le rôle de la petite-fille

Monique Soupart, La vraie petite-fille d’un soldat indien inconnu et d’une française

Maurice Bood, Famille d’un témoin

Lt Gen Raj Sujlana, Ancien commandant de Indian Military Academy

Dominiek Dendooven, Historien 

Vedica Kant, Historienne

Dominique Faivre, Collectioneur

Santanu Das, Historien

_______________

 

LA PRESSE INTERNATIONALE SUR LES FILMS DE VIJAY SINGH

 JAYA, FILLE DU GANGE

un film de Vijay Singh (1998)

« Quand le plus divin des fleuves sacrés rencontre le cinéma, la magie est au rendez-vous. » Alain Corneau

« L’amour et le Gange : un beau voyage de cinéma. »  Jean-Claude Carrière

« Magnifiquement photographié,réalisé selon un rythme et une construction très personnels,ce film est un hommage à l’Inde, au Gange et à l’amour fou. » Le Monde

« Magnifique livre d’images. » Le Nouvel Observateur

« On est entraîné dans les profondeurs d’un monde inconnu qui est pourtant aussi le nôtre. » Le Figaro

« Les paysages sont époustouflantes de beauté, à l’image de l’envoûtante Zehra (la courtisane)… » L’Express

« Un portrait de l’Inde… (où) se côtoient la vie, la mort, l’horreur et la beauté. Et tout ça s’appelle poésie. » Figaroscope

« Fuyant les clichés, s’en moquant même, Vijay Singh signe un film où le rêve et réalité se marient harmonieusement. » La Vie

« Le long voyage sur le Gange, avec ses étapes colorées, ses rendez-vous mystérieux, est un enchantement… un rêve poétique. » Les Echos

« Un conte rêveur, magnifiquement photographié… les personnages éclatent de vie avec une intensité presque douleureuse. » Variety

« Un film fascinant, à la fois onirique et accesible ». La Presse, Montréal.

« (un film) magnifiquement joué… avec beaucoup d’humour. »Globe and Mail, Toronto

« Poétique et magique » La Capital, (Argentine)

« Une ode à l’amour et à la réincarnation ». India Today

« Vijay Singh fait preuve d’une rare maitrise pour un premier film. » The Times of India

« Onirique et lyrique. » Le Telegraph, Calcutta

« Un de ces rares films où personne ne vous déçoit.  » The Pioneer

« Jaya Ganga is a film with a soul. A soul that holds a difficult subject together. » The Outlook

 

LA PRESSE ANGLAISE

« Un film saisissant… Une des descriptions les plus veridiques de la vie quotidienne et feerique de l’Inde. Du jamais-vu.  » The Guardian

« Un cinéaste talentueux vous présente un monde original et envoûtant. » Jonathan Ross, BBC TV

« Un premier long-métrage plein de magie et de grace. »The Daily Telegraph

« Chaque étape de ce voyage vous enchantera… Innovateur, subtile et charmant. »Peter Preston,  The Observer

 » Ce film est un mélange subtil de rêve et de quotidien, de tendresse et de réalisme, d’humour narquois et de poésie. » The Times

« Une sensibilité romantique rare et une facon de  peindre les mystères de l’Inde qui, heureusement, n’exclut pas un bon sens d’humour. » Derek Malcolm, Midweek

« Généreux et rare. »Antonia Quirke, Independent on Sunday

« On dirait un rêve. »Harpers & Queen

« Une experience qui hantera longtemps votre esprit. »Footloose

« Singulier et rafraichissant. » What’s on in London

« Un réalisme magique empli de  passion. »Empire

« Un conte onirique, magnifiquement filme, ou les personnages prennent vie avec une intensite remarquable. » Variety

ONE DOLLAR CURRY (2004)

un film de Vijay Singh

« Un conte aux parfums exotiques plein de fantaisie, d’humour, de musique tourné dans un Paris insolite et secret : celui de la communauté indienne. » Le Figaro

« Le film singe gentiment l’esprit de Bollywood, fête la débrouille, et moque l’authenticité en mettant n’importe quoi dans le curry. » Télérama

« Cette comédie résolument fantaisiste narre plaisantemment les tribulations d’un chakkarbaz » (arnaquer) » Le Canard Enchainé.

«  Vijay Singh aborde les thèmes de l’immigration et l’intégration d’une manière drôle et surprenante. » L’Officiel des Spectacles

« Ce charmant conte peint avec tendresse et humour la communauté indienne immigrée de Paris. C’est drôle, insolite, plein de couleurs , de gaieté et de musique. » Figaroscope

« Un talent fou… un très beau film. » José Artur, France Inter

« Beaucoup considèrent le sujet de l’immigration comme trop complexe et délicat à traiter. Vijay Singh prouve le contraire en réalisant One Dollar Curry, hommage sincère à cette France… »Le Figaro Magazine

«Ce conte chaleureux et rafraîchissant à plusieurs moments d’éclats de rire et glisse une leçon de tolérance globale d’une manière savoureuse que le spectateur goûterait avec plaisir. »Variety

 

Pour la « Presse » et « Contact » cliquez sur les liens en bleu.

Publicités